Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Partagez
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par tiotiti le Sam 17 Jan - 17:30

    Épisode 1

    Le départ à eu lieu de l'aéroport de Marseille le samedi 21 septembre.
    Après presque 4h30 d'attente à Roissy, enfin l'avion pour Sto Domingo décolle, pour un vol d'environ 8h. Du moins c'est ce que je croyais, car tous mes vols précédents se passèrent ainsi.
    Sauf que je n'avais pas fait attention qu'une escale à Punta Cana était prévue, résultat, 3 heures de plus. C'est long.

    En sortant de l'avion, comme d'habitude, le choc de la température et de l'humidité encore plus fort que pour mes autres voyages, car je n'étais venu qu'en hiver et au début du printemps.

    Nous avons passé la 1ere nuit dans la capitale, avec une petite visite aux tantes, le tout sous de nombreuses averses.


    Le lotissement où vivent les tantes. La maison de la tia Amada est celle avec l'étage en construction.



    Celle de tia Norma sous une forte averse.




    Le Dimanche 22/09, départ pour Hato Mayor.
    J'ai peu de choses à dire de la 1ere semaine car il à fait mauvais temps et nous n'avons pu sortir.
    Le seul fait notable de cette semaine est d'avoir mangé un excellent sancocho préparé par ma femme. On se console comme on peut.

    A suivre...


    Dernière édition par tiotiti le Dim 18 Jan - 15:27, édité 2 fois
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par tiotiti le Sam 17 Jan - 17:31

    Épisode 2

    La partie insolite de mon voyage.
    Lors de ma visite à Las Terrenas, au détours d'une rue, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant ceci.








    Quelques petites explications pour ceux qui ne sont pas Français.
    En France, le sport national est le football. L'équipe la plus populaire est l'Olympique de Marseille (OM), et aussi la plus détestée.
    Je suis né à Marseille, et tout naturellement, l'OM est mon club de cœur, vous imaginez donc ma surprise de voir ce café avec l'écusson, le nom et les couleurs de mon équipe.
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Week ens à Miches

    Message par tiotiti le Sam 17 Jan - 17:37

    Épisode 3

    Week-end à Miches

    Après être restés à Hato Mayor presque 2 semaines complètes, nous décidons d'aller passer le week-end à Miches, petite ville au bord de la baie de Samana, côté sud.
    Voici une petite carte pour vous aider à la situer.


    Cliquez sur la carte pour l'agrandir.




    Pour y aller depuis Hato Mayor, il y a 2 routes possibles:
    - Par le nord, en passant par Sabana de la Mar puis vers l'est.
    - Par l'est, via El Seíbo, puis remonter au nord.
    Nous prendrons par El Seíbo, car la route est parait-il meilleure.

    Avant d'arriver à El Seíbo, un petit contre temps, la police nous arrête pour un contrôle. Je suis au volant, ils nous font sortir, commencent à nous demander nos papiers, de leur ouvrir le coffre, puis la valise.... jusqu'à ce que mon épouse sorte sa carte professionnelle en disant: soy la doctora Xxxx y conozco bien la Dra Yyyy (qui est très influente à El Seíbo) (Je suis le Dr X et je connais bien le Dr Y ).
    Là, changement d'attitude, c'est bon, vous pouvez y aller. Les relations, ça a du bon.

    Ok, c'est reparti, nous traversons El Seíbo qui est une petite ville sans aucun charme et direction Pedro Sanchez vers le nord.
    Fini la route goudronnée, bonjour la piste, fort heureusement nous disposons d'un 4x4, sinon le trajet aurait duré au moins 2 heures de plus.
    Tout le voyage se passe en traversant la Cordilliera Oriental, c'est une région vallonnée de petite montagne avec des paysages par moment sublimes.



    Avant Pedro Sanchez, les paysages sont déjà très beaux, bien que des photos rendent assez mal la beauté d'ensemble.







    La "route"












    Je n'ai malheureusement pas pu tirer de photos de Pedro Sanchez, tout occupés que nous étions à demander aux passant s'ils connaissaient l'adresse de personnes de la famille, mais en vain.
    La ville en elle même est assez quelconque, mais le lieux où elle est située est fabuleux, entourée par un petit cirque montagneux d'un vert eclatant.


    Après Pedro Sanchez.









    Petite maison que l'on voit sur l'image précédente en bas à droite.
    Des gens ont surement habité ici.









    Enfin arrivés à Miches, qui comme beaucoup de villes dominicaines, n'ont pas d'attraits particuliers, sinon la nature environnante.
    Attention toutefois à la descente très pentue pour arriver dans Miches.
    La route devenue quasiment un chemin de terre entouré des petites maisons de bois du bario pauvre de la ville.

    Un petit fleuve nous sépare de la plage où se trouve notre hôtel.





    Enfin, nous arrivons à l'hôtel Cocoloco, situé sur la plage de Miches. C'est un petit hôtel composé d'une dizaine de bungalows et d'un bâtiment où se trouvent la réception, le bar et le restaurant.
    La propriétaire est suisse.
    J'ai bien apprécié d'y séjourner, c'est calme, dans un bel endroit et à taille humaine.
    De plus la nourriture est excellente.


    Notre bungalow.




    La vue depuis l'entrée du bungalow




    L'arrière du restaurant




    Le voisinage




    Devant notre terrasse.






    Un petit moment de repos après un voyage d'environ 4heures.



    La plage en face de l'hôtel n'étais pas vraiment belle. En particulier du au fait qu'après les fortes intempéries de cette fin d'été, beaucoup de troncs d'arbres, de noix de coco ont étés charriés par le fleuve et sont venus s'échouer sur la plage. En plus des algues.
    Renseignement pris, il ne l'ont pas nettoyée car nous étions en saison basse.
    Dès que les touristes reviendront, tout sera clean.





    Une petite rivière se jetant dans la mer en traversant la plage.






    Oiseau pêcheur cherchant sa proie.




    Le voyage de retour se fera par Sabana de la Mar où mon épouse à une amie.
    La route est tout aussi mauvaise que celle par El Seíbo et les paysages fort ressemblants à ceux vu la journée d'avant.




    La ville de Sabana de la Mar est aussi très quelconque. Nous la quittons sans regrets, apres avoir rendu visite à l'amie de ma femme et décidons de passe par Caño Hondo pour manger avant de rentrer à Hato Mayor.
    Caño Hondo n'est pas une ville, ni un village, tout simplement un lieu-dit où il y a 2 hôtels et un restaurant privilégiant le tourisme écologique.

    Voici quelques photos tirées sur la route qui mène à Caño Hondo, Elles ont toutes été tirées en roulant, et à travers le pare brise, toutes mes excuses pour la qualité passable.









    Et voici L'hôtel récemment construit à Caño Hondo




    Ce lieu a la particularité d'avoir plusieurs piscines naturelles. Bien que venant de la montagne, l'eau n'était pas froide.



    Notre compagne pendant le repas, où nous avons mangé un excellent mérou sauce coco.






    Elle a toujours voulu être sur la photo.

    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Las Terrenas

    Message par tiotiti le Sam 17 Jan - 17:42

    Épisode 4

    Escapade à Las Terrenas


    Le jeudi et vendredi avant mon départ, ma femme ayant eu congés, nous en profitons pour faire une escapade de 2 jours à Las Terrenas en compagnie d'une tante et de notre fille.

    Nous profitons de la nouvelle route qui relie Sto Domingo à Sanchez. Je croyais que c'était une autoroute, mais non, c'est une 2 voies classique construite par une société colombienne qui se rétribue généreusement avec des péages.
    Le gain de temps est énorme, en 1h30 nous sommes à Sanchez et 1 heure plus tard à Las Terrenas.
    C'est au moins 2 heures de gagnées par rapport à l'ancienne route, malgrès la traversée de la zone montagneuse de Los Haítises. Qui, entre parenthèse est de toute beauté.

    Après Los Haítises, nous traversons la région du Limón, qui est une grande plaine sans aucun relief.
    C'est le grenier à riz de la République Dominicaine.
    Nous passons par El Catey, près du nouvel aéroport international, et enfin Sanchez.
    Il ne nous reste plus qu'à « subir la loma » (grimper la pente, colline ou petite montagne) et redescendre vers Las Terrenas.
    En fait, là, c'était plutôt une petite montagne, et bien abrupte. J'ai compris la nervosité de ma femme et de ma tante.
    Cette route est hallucinante de beauté et de dangerosité. Quelque fois il faut rouler au pas et faire crier le moteur tellement le pourcentage est important. Il faut aussi malheureusement parfois rouler à gauche pour éviter les trous (cratères ).
    En plus d'éviter les trous, il faut aussi éviter les véhicules qui arrivent en face à une vitesse que je qualifierais de dominicaine. C'est à dire à fond la caisse.

    Sur le côté droit lors de l'ascension, nous avons une vue sublime de la baie de Samana. Le problème est qu'il est presque impossible de s'arrêter pour jouir de la vue sans mettre sa vie en danger, tellement la route est étroite.
    Enfin un petit espace pour se garer sans gêner la circulation, à la grande frayeur de la tante qui croyait que nous allions dans le vide.
    Dommage qu'il se faisait tard, la lumière était trop basse pour faire de belles photos.










    La descente aussi est dangereuse, le pied sans arrêt sur le frein, à tel point qu'une odeur de chaud entrait dans l'habitacle et que les freins perdaient de leur efficacité.

    Nous arrivons enfin à Las Terrenas au grand soulagement de ma tante qui a du faire au moins 200 prières.

    Nous laissons ma fille et ma tante chez une amie de celle ci qui va les héberger pour la nuit et nous filons vers l'hôtel que l'on nous a recommandé.
    C'est l'Aligio, à la sortie de Las Terrenas en direction de l'est.
    C'est un hôtel correct, très bien situé et aux prix très raisonnable. Nous avons payé 1500 pesos (environ 30 €) pour une nuit à 2, avec diner, petit déjeuner et déjeuner compris.
    Même si la nourriture n'est pas exceptionnelle, pour le prix, je n'ai rien à redire.


















    En face du portail de l'hôtel, même s'il faut traverser la route, la plage est à deux pas.












    Les rues de Las Terrenas sont en aussi mauvais état que celles de Hato Mayor.
    Beaucoup de travaux ont commencés avant les élections et se sont arrêtés net après celles ci.
    Y aurait-t-il une relation de cause a effet ? :hein1:














    Une petite ballade vers l'est en direction du Portillo
















    Enfin nous programmons une petite baignade sur la Playa Cossón, près de l'hôtel Viva Windham Samana (ancien Guatapanal), qui malheureusement n'existe plus.
    Ils sont en train de tout modifier pour en faire une résidence avec appartements et villa pour personnes fortunées.
    Voici le panneau à l'entrée du chantier.




    La route pour accéder à feu l'hôtel, qui depuis mon 1er passage en 2004 à été goudronnée.



    Et voici la Playa Cossón, je me passerais de commentaires, je crois que les photos se suffisent à elles mêmes.














    Il faut tester l'eau pour savoir si on peut se baigner. Aujourd'hui, pas de problème, je dirais entre 28 et 30°




    Marjorie, telle une star




    Une espèce endémique des plages de cocotiers.
    C'est un genre de gros koala tout moche qui ne mange pas que de l'eucalyptus, croisé avec un paresseux et un serpent à lunettes.
    Cet animal est très rare, vous aurez du mal à en voir un autre dans son habitat naturel et surtout en aussi mauvais état de conservation.




    Bon, finalement il fait beau et chaud, l'eau est une invitation à la baignade, alors on y va, vous nous suivez ?




    De retour de la plage, une petite visite à un ami artiste de mon épouse.
    Jean Philippe Moiseau, originaire de Haïti est peintre, sculpteur et décorateur.
    Il a une galerie d'art à Las Terrenas que je vous invite à visiter.
    Pour voir quelques unes de ses créations, voici son site web:
    http://www.moiseau-art.com/welcome/index.php

    Sa maison est sur la route de playa Bonita.




    Son atelier



    La vue depuis sa terrasse




    Quelques masques qui ornent les murs de sa maison.




    Et voilà, nous reprenons le chemin du retour, après ces 2 jours passés dans un coin de paradis.
    Et demain, samedi, mon avion décolle pour la France.
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Hato Mayor del Rey - L'école

    Message par tiotiti le Dim 18 Jan - 15:29

    Épisode 5


    Depuis la RD, j'avais brièvement abordé le sujet de la visite d'une école dans un quartier pauvre de Hato Mayor.
    J''envisage d'en faire un article complet à mettre sur le site, quand j'aurai reçu le texte que l'on m'a promis sur l'histoire de la genèse de cette école.
    Je vais quand même aborder le sujet maintenant, avec les quelques informations qui sont en ma possession, tout en vous montrant les photos que j'ai faites.

    Sans vouloir être moralisateur, je pense qu'il est bon de savoir, et de voir que la République Dominicaine, ce n'est pas que des hôtels 5 étoiles près de plages de rêve.
    C'est un pays « en voie de développement » où une bonne partie des gens vivent en dessous du seuil de la pauvreté.
    En bordure des villes, il y a souvent des quartiers que l'on pourrait appeler bidon villes.

    C'est donc pour un de ces quartiers que des personnes se sont mobilisées à l'initiative de deux âmes de bonnes volonté: Sofia la pastora et Elizabeth.
    A elles deux, elles sont passées de maisons en maisons pour savoir si ce projet d'école était viable, s'il y aurait suffisamment d'enfants pour qu'il ait une réelle utilité.
    Là, première surprise, beaucoup d'enfants n'étaient même pas déclarés, comme nombre de leurs parents aussi. Ils ne pouvaient donc pas aller à l'école publique.

    Finalement, la nécessité de faire quelque chose s'imposa comme une évidence.
    Sofia, par son église, avait des contacts à l'étranger, particulièrement aux USA.
    Par cet intermédiaire, et aussi avec l'aide de l'ONG créée par Elizabeth et des amis, les premiers financement furent trouvés.
    Quelques membres de l'église américaine viennent de temps en temps pour participer physiquement à la construction de cette école, qui, même si elle a commencé à fonctionner depuis quelques années, n'est toujours pas terminée.

    Malgré 7 rendez-vous avec des responsables du ministère de l'éducation, pas un peso n'est venu du gouvernement.
    Il me semble juste avoir compris que l'institutrice a été mise a disposition par l'éducation nationale locale. Mais ça reste à confirmer.

    Allez, après les discours, passons aux images.












    Dernière édition par tiotiti le Dim 18 Jan - 15:33, édité 1 fois
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par tiotiti le Dim 18 Jan - 15:31

    Maintenant le quartier où se trouve l'école et d'où viennent la majorité des élèves.














    Laissez moi vous présenter Sofia, avec le t-shirt bleu clair et Elizabeth.



    Comme je vous l'ai dit Sofia est pasteur. Personnellement, je ne suis pas chrétien, mais quelle importance ? des gens biens, restent des gens biens, qu'ils soient chrétiens, musulmans, juifs ou bouddhistes peu m'importe.
    Avec ma famille, Sofia et son mari sont les gens que j'apprécie le plus en RD.
    avatar
    tiotiti

    Nombre de messages : 183
    Age : 59
    Localisation : Arles
    Date d'inscription : 15/01/2009

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par tiotiti le Dim 18 Jan - 15:32

    Voici le texte que m'a fait parvenir Sofia sur l'histoire de cette école.
    Bien entendu je l'ai reçu en espagnol. Je l'ai traduit moi même avec mon espagnol approximatif.
    Je suis content de m'apercevoir que j'avais pas trop mal compris ce qui m'avait été dit en plusieurs fois de vive voix lors de mon séjour là-bas.
    En bas de page, je vais mettre le texte original. Au cas où vous trouveriez des erreurs flagrantes, merci de m'en faire part.

    _________________________________________________________________________________________________________
    _________________________________________________________________________________________________________



    École communautaire ARRAS

    Le quartier de Punta de Garza *, fut un des plus endommagé par le passage du cyclone Georges en 1998.
    En cet endroit, beaucoup de familles perdirent leurs maisons, leurs biens et tous leurs documents.
    Au vu du besoin des habitants, nous nos sommes rapprochés du lieu et avons fait un recensement pour connaître le nombre d'enfants sans école, sans papiers et de conditions précaires.
    La quantité d'enfants sans protections et sans instruction fut très élevée.
    En réponse à ça, nous avons décidé d'ouvrir une petite école dans le quartier.
    Une petite maison fut louée. L'école a commencé avec 109 enfants, une maitresse, un tableau, 100 cahiers et 100 crayons.
    Ainsi naquit ce qui fut notre projet. Unis nous pouvons tout.

    En 2004, nous avons reçu en donation, 400 m² de terrains. Nous avons pu commencer la construction de l'école avec quelques groupes d'étudiants à l'université volontaires.
    En ce lieu, nous avons réalisés un travail qui ne bénéficies pas uniquement aux enfants pauvres, mais à toute la communauté par des opérations * médicales, d'odontologie (dentiste), des ateliers d'orientations et de santé

    Des centaines d'enfants sont passés par l'école ARRAS et sont prêts maintenant pour assister aux cours des écoles publiques avec un niveau supérieur.
    Les écoles publiques n'acceptent pas les élèves en dessous de 5 ans, de plus, les enfants doivent avoir tous leurs papiers en règle pour u entrer.

    Notre but, est que, bien que les enfants n'aient pas 5 ans et leurs papiers en règle, ils aient l'opportunité de commencer leur processus d'éducation chez ARRAS.


    * La communauté (quartier) de Punta de garza.
    La population est de 5964 habitants.
    Les actifs ont des travails précaires, employés temporaires dans le bâtiment, dans les zones franches, employés de maisons .... Pour cela, ils sont plus touchés par la pauvreté.

    * Operativos medicos: Ici il n'est pas questions d'opérations chirurgicales, mais d'actions gratuites médicales ou autres.
    Un jour donné, des médecins, des dentistes... vont à l'endroit où se passe « l'operativo » pour donner des soins gratuits aux plus défavorisés.

    _________________________________________________________________________________________________________
    _________________________________________________________________________________________________________


    Escuela comunitaria ARRAS

    A raiz del huracan George 1998 la comunidad de punta de garza fué
    una de la mas destruida por el huracan, y por la zona marginal donde se encuentra, muchas familia perdieron sus casas, pertenecias y documentos
    nos acercamos en vista de la necesidad de los habitantes en el area y levantamos un censo, para conocer el numero de ninos, sin escuela, sin documentos y con condiciones precarias,
    la cantidad de ninos desprotejidos y sin educacion fue muy alta, y en respuesta a esto decidimos empezar una pequena escuela en el barrio. Se alquilo una pequena casa donde comenzaron 109 ninos, una maestra, una pizarra, 100 cuadernos + 100 lapices, y nace lo que es nuestro proyecto principal Juntos Podemos.
    En el 2004 recibimos 400 mts en donacion y se inicio la construccion de la escuela, con algunos grupos de estudiantes universitarios voluntarios . En este espacio hemos realizado trabajos donde no solo beneficiamos a los ninos pobres sino a toda la comunidad , como operativos medicos, odontologicos, taalleres de orientacion de salud a la comunidad entre otras actividades.
    A la fecha cientos de ninos han pasado por la escuela ARRAS preparados ya para asistir a las escuelas publicas con un nivel superior, Ya que el sector publico no asimila los ninos hasta los 5 anos y tienen que tener toda su documentacion en regla para poder asistir a las escuelas del gobierno, nuestra finalidad es que mientras esos ninos obtienen la edad de 5 anos y su documentacion correcta tiene lla oportunidad de iniciar su proceso de educacion en ARRAS
    Falta mucho por hacer, mientras se sigue trabajando y educando con el corazon.


    la comunidad de punta de garza su poblacion es de 5, 964 habitantes , Su poblacion activa se dedica a trabajos informales, empleados temporales de la construccion, zonas francas, empleadas domesticas entre otros, por lo que la hace una zona vulnerable a la pobreza.

    _________________________________________________________________________________________________________
    _________________________________________________________________________________________________________


    Il me reste à demander des précisions sur ARRAS, je sais que c'est une ONG, mais je n'en sais pas plus.
    .
    .
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par Roger le Dim 18 Jan - 16:37

    Celui qui aime à la fois les belles plages et la nature sauvage est servi comme il faut dans ce pays.
    Je me suis régalé.
    Bravo et merci . Ce récit de voyage est de toute beauté et il va en intéresser plus d'un.


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Anne

    Nombre de messages : 2156
    Age : 65
    Localisation : Morlaix ( Finistère Nord )
    Date d'inscription : 06/06/2008

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par Anne le Lun 19 Jan - 0:17

    J'ai tout aimé: la qualité des photos, du reportage ( l'espèce rare des cocotiers de plage ) et l'histoire de cette école. Merci pour la traduction ( je ne connais que qques mots d'espagnol ). Grâce à toi, j'ai découvert autre chose de ce pays que ce que nous montrent les pubs des voyagistes .

    Il serait effectivement intéressant d'en savoir plus sur ARRAS.
    avatar
    Guy

    Nombre de messages : 2022
    Age : 85
    Localisation : Bruxelles
    Date d'inscription : 19/06/2008

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par Guy le Lun 19 Jan - 13:26

    Merci tiotiti pour ce beau reportage et surtout toutes les belles photos
    Je sais le travail que cela demande pour monter tout cela aussi je te dis
    un grand
    Guy

    Contenu sponsorisé

    Re: Las Terrenas - Miches - Caño Hondo - Hato Mayor - sept oct 2008

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 23 Fév - 5:23