Où est l'infirmerie à l'aéroport . Vous le savez, vous ?

    Partagez
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Où est l'infirmerie à l'aéroport . Vous le savez, vous ?

    Message par Roger le Dim 11 Jan - 20:21

    Ou est l'infirmerie à l'aéroport ?
     
    Voila une bonne question que jamais personne ne se pose. C'est vrai que quand on est dans un aéroport européen ou américain , canadien ou au  Québec on se doute que s'il arrivait quelque chose il y aurait une batterie de médecins, de pompiers et la police pour canaliser tout ce beau monde venu aider la personne défaillante.
    Mais dans un pays en voie de développement, tout cela peut tourner au drame si on ne sait pas à qui s'adresser et où s'adresser pour nous venir en aide.
    J'ai une petite histoire à raconter et qui nous est arrivé à ma femme et à moi à l'aéroport de Dakar, le 5 janvier 2009 à 3h30, heure locale.
     
     
    Notre séjour touchait à sa fin et nous nous préparions à partir. Vous imaginez bien ce qui peut se passer la veille du départ. Valises, linges, cadeaux de dernière minute, stress du départ et pas envie de rater le bus ou le taxi qui va venir vous chercher. On se lève trop tôt, on se prépare en négligeant de prendre un bon petit déjeuner, on est mal réveillé, on est fatigué, on a pas envie de partir rejoindre cette civilisation qui vous rend malade. On papote encore une dernière fois avec tout le monde et j'en passe. Bref, on est pas vraiment en forme !
    Le 3 janvier 2009, la femme de notre gardien nous propose un repas d'adieu qu'elle préparerait chez elle et que nous consommerions le lendemain midi.
    Un tchéboudiap ( riz à la viande de bœuf. ). Nous n'avons pas eu à accepter ou à refuser, tout cela était minutieusement organisé par ma soeur Jacqueline qui sert de lien entre nous et les gens de maison.
    Le 4 janvier 2009 à 12 heures, nous nous attablons et consommons de bon appétit ce riz et  ces morceaux de viande de mouton. Tout cela était appétissant, j'en ai mangé de bon appétit sauf Anne marie qui semblait réservée. Elle en a mangé quand même mais très peu.
     
    L'après midi s'est écoulée sans encombre, balade au bord de mer et photos du dernier coucher de soleil. J'ai encore  été au marché pour saluer mes femmes et mes amis puis j'ai pris le chemin du retour par la plage.
    Au passage j'ai pris cette photo.

     
    Plus tard nous avons diné et repris quelques photos devant la maison, à coté du baobab.

     
    Voila, le séjour de 12 jours s'achevait et comme d'habitude, nous partions la larme à l'œil. C'est d'ailleurs la seule photo réussie que Sadio, le gardien de la maison d'à coté a été capable de prendre. Je l'en remercie.  

     
     
    La soirée s'est déroulée sans encombre, au calme, rythmée par les rendez vous habituels tels que le repas du soir et les aller et venues des voisins venus dire au revoir. comme d'habitude, jacqueline refusait d'apparaître sur une photo. Il lui tardait que je parte pour se retrouver seule avec papi, plus malléable que moi.
    Cependant nous avions déjà eu des maux de ventre et été  chacun deux fois aux toilettes. Pas de mal de ventre, rien de désagréable mais des envies subites et pressantes. Nous aurions du être alerté par ces signes avant coureurs mais nous n'y avaons pas prêté attention, d'autant que les courantes sont fréquentes dans ce pays.

     
     
     
     
    Il est 1h30 quand jacqueline nous réveille. Il faut se presser, le chauffeur de taxi est là et il faut encore fermer les valise. Nous sommes fatigués, la nuit a été courte et difficile. Le voisin avait mis sa radio à fond et nous avons eu droit à une pluie de chants religieux qui inondaient tout le quartier.
    Nous prenons chacun deux gélules contre les maux de ventre .

     
     
     
     
     
     
     
    Après 1 heure 30 de route avec un bon chauffeur et une voiture passablement entretenue et sans amortisseur, nous arrivons à l'aéroport.

     
     
     
     
    Pour l'instant, tout le monde est en bonne santé;

     
     
     
     
     
     
    Passé le contrôle des passeports, nous entrons dans le vif du sujet.
    l'aéroport semble propre, et rappelle que Noël n'est pas encore une histoire ancienne.

     
     
     
    Nous enregistrons les bagages et il est 4h00.  Là, tout va encore bien.
    Une fois enregistré, Anne marie me demande de l'accompagner aux toilettes et me dit qu'elle ne se sent pas bien, menace de s'effondrer et je suis contraint de la soutenir. Je commence à flipper et lui demander ce qui se passe mais elle me signale une turista carabinée.
    Puis, elle demande à s'allonger et perd à moitié connaissance.
     
    Je demande une chaise roulante à un employé de l'aéroport qui me renvoie au comptoir, là où j'ai enregistré mes bagages.
    Là je demande à nouveau une chaise roulante, signalant qu'elles sont au coin de l'aéroport mais qu'une chaine et un cadenas empêche de se servir.
    On me répond que on va m'envoyer quelqu'un.
    Je retourne rapidement chez Anne marie pour tenter de l'aider comme je peux en attendant qu'une chaise soit amenée.
    Je profite de l'attente pour demander si on pouvait consulter un médecin dans cet aéroport.
    On me répond qu'il y a une infirmerie mais que je dois aller demander au comptoir à gauche.
    La chaise roulante n'arrivant toujours pas, je redemande à d'autres employés de me fournir une chaise roulante.
    On me répond qu'il faut aller voir là où j'ai enregistré mes bagages.
    Je retourne là et sans faire de scandale mais en insistant un peu, je redemande à mon interlocuteur d'avant de presser la personne à même de me fournir une chaise roulante.
    Cette chaise arrive enfin.
    Maintenant je refais un tour aux toilettes et puis je me dirige vers le comptoir pour demander où je peux trouver un médecin.
    Là on me dit qu'il y a une infirmerie au bout, là où les passagers arrivent au Sénégal. Je fonce là bas et je demande à un policier qui m'indique l'endroit.
    Anne marie n'est pas bien mais avec l'air qui circule, elle se maintient.
    J'arrive à l'endroit et là je tombe sur trois policiers qui me disent que c'est pas là du tout et qu'il n'y a jamais eu d'infirmerie là.
    Je retourne sur les pas et je redemande à un policier. Je suis toujours poli et je ne m'énerve pas.
    Le policier me dit que si, l'infirmerie est bien là d'où je viens.
    Je reviens sur mes pas avec ce policier  et on retrouve les trois autres.
    Palabres en Sénégalais et on fait demi tour.
    Le policier m'accompagne cette fois jusqu'à une maison blanche à 150 mètres de l'aéroport.
    Là, on en fait le tour et on frappe à une porte.
    Le gardien se réveille et nous répond lentement, tranquillement.
    Il finit par ouvrir la porte et nous demande d'attendre, le temps d'aller réveiller l'infirmier de permanence.
    Il est 4h40.
    L'infirmier arrive enfin et je lui brosse rapidement la situation.
    Il nous fait entrer et s'assoit sur sa chaise derrière le bureau.
    Il commence à rédiger une ordonnance.
    Je lui fait remarquer qu'il faudrait d'abord osculter ma femme avant de lui prescrire de la poudre de perlimpinpin. .
    Il ma dit qu'il faut lui prendre la tension. Il va chercher son appareil mais il n'est pas là.
    Cet appareil est dans l'ambulance qui est partie.
    Il appelle et l'ambulance revient.
    L'appareil est dispo mais il ne sait pas s'en servir. Anne marie, à moitié mourante arrive à tourner l'appareil dans le bon sens. J'avais honte de ne pas savoir faire cela.
    Il arrive à fonctionner mais ne donne pas de bonnes mesures.
    C'est la merde. Je dicte les mesures à Anne marie qui m'entend encore et qui me fait signe que c'est pas bon.
    Cette fois il est remis en marche dans le bon sens et il donne des indications plausibles.
    L'infirmier réagit et dit le nom b.de gouttes qu'il faut acheter rapidement et qui permettent à la tension de remonter.
    Je lui demande assez fermement un commissionnaire et dit au premier gars présent que je lui paie un mois de salaire s'il me trouve ses gouttes en moins de 10 minutes.
    Le gars a empoché l'argent de la course et a foncé dans le premier taxi réquisitionné pour la circonstance.
    Maintenant c'est à mon tour d'avoir la courante et je demande où sont les  toilettes.
    Il me répond que c'est derrière et j'y fonce.
    Des toilettes Turc, avec une bouilloire à moitié pleine d'eau au sol.
    Je m'en suis servi pour me laver car il n'y avait pas de papier et la chasse d'eau était cassée; Pas d'eau pour tout nettoyer.
    Tant pis, c'est de leur faute.
     
    9 minutes après il était là.
    J'administre les gouttes à Anne marie dans un verre d'eau et y a pu qu'à attendre si la potion est la bonne.
    En attendant, je prends une photo pour immortaliser l'événement.

    à la demande d'Anne marie je lui place les jambes en l'air pour que la circulation sanguine irrigue à nouveau le  haut du corps.
    Ca j'aurais du le faire il y a longtemps mais je suis pas infirmier. Maintenant je le sais.
    Il a fallu 15 minutes pour que la situation redevienne acceptable et que ma femme reprenne vie. Moi j'étais soulagé.
    Je paie ce que j'avais promis et demande au coursier de faire une dernière prouesse. Il doit me balader Anne marie en toute vitesse derrière moi  jusqu'à l'avion.
    Il l'a fait avec bonheur et il ne l'a pas regretté.
     
     
     
    En fait, nous avons été tous les deux victimes d'un aliment qui n'a pas été bon pour nous. A cela s'est rajouté la déshydratation, la fatigue et la tension nerveuse liée au départ . J'ai moi même supporté plus facilement cet événement mais  je retiens une chose, il faut savoir où se trouve l'infirmerie dans un aéroport.
    Il faut aussi tirer les leçons de ce malaise. Toute nourriture qui n'a pas été désinfectée par une goutte de javel comme par exemple les légumes, ne doit pas être consommé. Nous savions cela et nous appliquons scrupuleusement cette règle depuis toujours. Mais là, nous avons voulu faire plaisir et les sénégalais n'achètent pas les huiles et les denrées que nous achetons nous, les toubabs. Ils achètent moins cher et pas forcément supportables par nous qui sommes habitués à une alimentation aseptisée.
    Eux ont des estomacs en béton.
    Nous avons mis 5 jours pour retrouver un transit intestinal normal.
    C'est la leçon à retenir.


    Dernière édition par Roger le Dim 23 Mar - 0:07, édité 2 fois


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Christiane

    Nombre de messages : 36
    Age : 60
    Localisation : Vallauris
    Date d'inscription : 28/07/2008

    Ouf !

    Message par Christiane le Lun 12 Jan - 13:59

    Ouh la la heureusement que tout s'est bien terminé.
    Et heureusement que je n'ai pas lu quelque chose de ce genre avant d'aller la-bas, j'aurais trop flippé.
    Pauvre Anne-Marie ...

    Bisous à vous deux

    Christiane
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Re: Où est l'infirmerie à l'aéroport . Vous le savez, vous ?

    Message par Roger le Lun 12 Jan - 14:25

    Tu allais chez Yandé
    Je connaissais Yandé, c'est une amie d'enfance de ma sœur sénégalaise.
    Yandé est catholique et la propreté, elle sait ce que c'est. Tu as pu le voir;
    Tu ne risquais rien. Mais moi aussi me diras tu !
    Moi j'ai accepté ce plat par amitié et parce que je me suis endormi sur les règles qu'il faut respecter;
    C'est une bonne leçon, je ne suis pas fâché avec le Sénégal car tu verras tout au long des sujets que je vais développer avec mes photos que nous étions toujours en parfaite santé. Notre alimentation était parfaitement bien préparée, dans les règles;

    Malheureusement, nous vivons trop dans un monde alimentaire protégé et la moindre bactérie nous fait des bobos; En Afrique, ces bactéries ne leur font plus rien. ils ont des estomacs en béton.

    J'ai compris cela avec l'eau.
    Au début et pendant des années, tout le monde nous disait qu'il fallait éviter absolument de consommer de l'eau du robinet;
    Dès que nous en buvions un peu, nous avions mal au ventre;
    En fait ce n'était pas cela du tout; Nous nous sommes aperçu après que nous la buvions trop fraiche et trop goulument. C'est cela qui nous provoquait des maux de ventre;
    Par la suite, nous avons installé un filtre et tout le monde dans la famille boit de cette eaux; Tout le monde sans jamais être malade;

    Je dis donc que l'eau du robinet est propre et buvable; Il faut toutefois et par mesure de précaution, la filtrer; Il y a des filtres qui se vendent dans les magasins à Mbour ou ailleurs; Ils ne sont pas difficiles à installer; Donc ne pas se priver;


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.

    Contenu sponsorisé

    Re: Où est l'infirmerie à l'aéroport . Vous le savez, vous ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 7:46