Santé, Sénégal, La leishmaniose du chien

    Partagez
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Santé, Sénégal, La leishmaniose du chien

    Message par Roger le Mar 29 Avr - 20:41

    La leishmaniose du chien

    C'est, disent-ils, une protozoose grave due à "leishmania donovani var. infautum" ( à vos souhaits ) transmise par des insectes piqueurs qui se nomment "les phlébotomes".
    Le nouvel observateur précise que ces insectes sont minuscules.
    Lors de mon dernier séjour au Sénégal du 16 au 28 Mars 2008, j'ai pu mesurer l'étendue du désastre car moi, mieux que certains habitants du pays qui voient apparaître ces plaies sur les animaux sans se soucier d'où cela peut provenir, je mesure bien l'évolution de la situation de la situation d'une année à l'autre quand je retourne au pays.
    J'ai donc pu remarquer que la plupart des chiens mais aussi les chats présentaient ces déchirures , ces plaies sur la peau, notamment sur les oreilles et le museau. Regardez les photos jointes que j'ai prise en mars dernier à Mbour chez des amis mais aussi en brousse. J'en ai beaucoup mais deux suffisent. Tous les chiens sont comme cela ou presque. Ils ont tous ces plaies aux oreilles et parfois au museau. Cela m'a intrigué et j'ai recherché l'origine de ces plaies; Le meilleur article que j'ai pu lire est dans le nouvel observateur;


    Le nouvel observateur publie un article intéressant sur le sujet. Edition du 28 février 2008, pages 88 et 89.
    Je me le suis procuré et je peux envoyer l'article. Il est plus incisif que la plupart des articles des spécialistes sur le net. Il est donc important de le lire aussi.

    La Maladie est surtout présente dans les pays chauds et pauvres disent les articles lus.

    Elle est grave, pourtant sous-estimée car il semble qu'il y ait 500.000 nouveaux cas par an, et semble en augmentation y compris chez le voyageur.

    Bien qu’encore peu fréquente chez ce dernier, elle mérite d’être mieux connue tant est grave son évolution non traitée, et tout particulièrement chez le sujet immunodéprimé. Transmise par de petits moustiques, cette maladie tropicale gagne la France. La faute au réchauffement climatique et à la population canine qui lui sert de vivier.





    Voici ce que disent les spécialistes sur la toile:
    L'évolution de cette maladie est lente, dirigeant les animaux vers la cachexie et la mort. Nous verrons plus loin que, de nos jours, il y a des améliorations dans le traitement de cette maladie.




    Mais tout d'abord voici les symptômes les plus courants:
    - amaigrissement, anorexie
    - ulcérations cutanées (ailes du nez, oreilles...)
    - dermite sèche
    - allongement des ongles
    - kérato-conjonctive
    - boiteries (plus rare de ce fait, on ne pense pas toujours à la leishmaniose devant une boiterie)

    Pour être sûr du diagnostic, il est préférable de faire une sérologie, qui sera analysée dans un laboratoire.
    Nous savons que cette maladie peut être blanchie par des séries d'injections. Les symptômes disparaissent pour une certaine durée qui varie selon l'animal (6 mois à 1 an).
    Actuellement, les praticiens prescrivent du ZYLORIC (traitement pour la goutte chez les humains), les médicaments seront administrés à vie. Cela permet au propriétaire d'éviter les séries d'injections.
    Il est important de savoir qu'il y a une forme dans la leishmaniose: la forme rénale. Le dosage de l'urée et de la créatinine est fait automatiquement avant la mise en route du traitement.
    Si l'animal a cette forme là, le pronostic est moins optimiste. L'animal pourra être mis sous perfusion pour diminuer le taux d'urée ou de créatinine.
    Le praticien peut aussi faire des sous-conjonctivales qui améliorent les kératites.

    La maladie ne s'attrape pas d'animal à animal.

    Il faut que le phlébotome pique un chien atteint de la leishmaniose et ensuite pique un autre animal. La contamination se fait par inoculation.






    Le parasite de la leishmaniose viscérale et sa transmission
    la leishmaniose viscérale Forme la plus grave de cette maladie transmissible à l'homme, elle peut être mortelle en l'absence de traitement.


    Sur ce chien, observez la plaie à l'oreille gauche. ( photo prise mi Mars 2008 sur une plage à Mbour )


    - Le vecteur est le phlébotome, petit diptère de taille inférieure à celle d’un moustique, de l’ordre de 2mm, capable de passer les mailles de certaines moustiquaires (mais jamais lorsqu’elles sont imprégnées de pyréthrinoïdes). Son vol est silencieux, sa piqûre est douloureuse mais ne laisse pas de trace ; son activité essentiellement crépusculaire et nocturne. Ils sont présents toute l’année en zone intertropicale, seulement de mai à octobre ailleurs. Plus rarement, transmission transplacentaire ou par le sang (seringues).

    - Le parasite transmis est un protozoaire flagellé du genre Leishmania (donovani, infantum). Il infeste le système réticulo-endothélial (foie, rate, ganglions, moelle osseuse) : l’expression clinique dépendra de la virulence de la souche et de l’état immunitaire du sujet.

    - Le réservoir : essentiellement les canidés (renard, chacal,chat, mais chien surtout), les rongeurs accessoirement, l’homme plus rarement.

    - Selon les zones (voir carte ci-dessus) la transmission est endémo-épidémique ou sporadique ; elle n’épargne pas les villes. Sept pays, dont plusieurs hautement touristiques, sont responsables de 90% des transmissions : Bangladesh, Brésil, Ethiopie, Inde, Kenya, Népal, Soudan.





    Clinique
    Incubation : 3-6 mois (15j – 3 ans).
    Invasion progressive, sur 2 à 4 semaines, se traduisant par une fièvre nue.
    Phase d’état :

    - diversement associés : fièvre anarchique, splénomégalie parfois très importante, hépatomégalie modérée, polyadénopathies indolores, pâleur (anémie), altération de l’état général, parfois majeure.

    - évolution spontanée mortelle en quelques mois ou années.

    - évolution traitée favorable si traitement précoce et absence d’immunodépression majeure.


    Sur ce chat, observez la plaie à l'oreille gauche. ( photo prise mi Mars 2008 à Mbour )





    Diagnostic biologique
    - Hémogramme : anémie peu régénérative quasi constante, neutropénie et thrombopénie fréquentes.

    - VS très élevée, en rapport avec une hypergammaglobulinémie (IgG surtout) polyclonale souvent massive.

    - Recherche des parasites, directe, par culture, éventuellement par PCR, dans le sang, la moelle osseuse.

    - La sérologie (HAI, IFI et/ou Elisa) est parfaitement performante chez l’immunocompétent mais peut être prise en défaut chez l’immunodéprimé.




    Traitement
    Le meilleur traitement repose aujourd’hui sur l’amphotéricine B liposomale (Ambisome®) en perfusion, en milieu spécialisé. Dans certains cas on peut associer du GMCSF ou de l’interféron gamma.
    Chez l’immunodéprimé, compte tenu de la fréquence des rechutes (50% dans l’année), une prophylaxie secondaire paraît utile (Glucantime® ? Pentacarinat ® ?).





    Prévention individuelle
    - Tout particulièrement à partir du crépuscule : vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle, au mieux imprégnés (permethrine) ; répulsifs (DEET 50%) sur les zones cutanées restées découvertes ; moustiquaires imprégnées.

    - Pour les expatriés : sécurisation de l’environnement : insecticides rémanents dans et autour de la maison (murs, crevasses, recoins, gîtes animaux…).

    - Les sujets porteurs du VIH devraient éviter de se rendre dans les zones de transmission.




    Conclusion:
    1) ne pas toucher ces animaux et se tenir éloigné d'eux.
    2) Surveillez vos enfants, ils adorent les animaux et pourraient être contaminés.
    3) Sachez que les chiens errants au sénégal ne sont pas agressifs du tout, contrairement à ce que l'on peut trouver parfois chez nous en europe.
    4) En cas de doute, si vous avez touché un animal infecté, consultez un médecin. il y en a assez au Sénégal.


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 1:29