Le camp de Suippes.

    Partagez
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Le camp de Suippes.

    Message par Roger le Sam 7 Avr - 19:49

    Le camp de Suippes


    Je viens d'ouvrir des cartons qui sont dans ma cave depuis au moins 25 ans et dans lesquels j'ai retrouvé des choses que je collectionnais autrefois.
    Des timbres par centaines de milliers, des cartes postales et des reportages que je faisais, notamment sur la 1ère guerre mondiale car j'étais un passionné de la guerre de 1914. Je le suis toujours d'ailleurs.
    Ce camp de Suippes, j'y ai fait ( en 20 ans ) de nombreuses manoeuvres d'artillerie, j'ai tiré je ne sais combien de milliers de coups de canon et j'ai foulé cette terre méconnue du grand public où ont pourtant vécu autrefois des milliers de personnes dans les villages aujourd'hui disparus de Tahure, Perthes les Hurlus, Ripont, Hurlus, le Mesnil les Hurlus etcetera... .
    Ces villages détruits pendant la première guerre mondiale et qui n'ont jamais été reconstruits.Que personne ne peut visiter sans autorisation et encore... Ces terrains étaient tellement minés et truffés d'obus, de bombes et de pièges après la guerre qu'il a été décidé en son temps d'affecter cette immense zone à l'armée pour ses exercices.

    J'ai eu le temps de fouler ces terres oubliées, de creuser dans les tranchées de cette sale guerre, de trouver plein d'objets insolites ( fusils, Cranes, ossements, grenades, canons anciens, caisses de poudre etcetera...
    J'ai aussi pris parfois le temps de me glisser dans les sapes ( tunnels sous terre que creusaient les poilus pendant cette période ) et de trouver des choses étonnantes que je raconterai aussi.
    De ce fait, je collectionnais aussi les cartes postales de ces villages disparus et je vous montrerai cela au fur et à mesure que le sujet avancera.
    Mais commençons par le début.






















































































    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Tahure

    Message par Roger le Sam 7 Avr - 20:25

    Le village de Tahure

    Il n'existe plus.
    Plus une pierre au dessus de l'autre dans ce village si ce n'est celles de l'église mais parce que des associations ont reconstitué partiellement l'endroit, vous le verrez plus bas.

    Là c'est une carte postale d'époque, chinée chez un antiquaire.






    Tahure au début de l'invasion allemande













    ( traduction )L'église, le cimetière et les tombes de ceux tombés au champ d'honneur























    Et voici quelques photos prises en 1988 quand j'étais Officier Observateur. Je profitais de mes passages pour me rendre aux observatoires d'artillerie pour m'arrêter quelques minutes pour photographier ces vestiges.
    Plus personne ne tire à cet endroit. Ce sont des zones protégées, classées et visitées officiellement une fois par an par les descendants des familles ayant vécu là autrefois.




























    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Perthes les Hurlus

    Message par Roger le Sam 7 Avr - 21:06

    Le village de Perthes les Hurlus.




    Le village de Perthes-les-Hurlus qui s'étendait sur 1 300 hectares dont 1 250 hectares de terres labourables, comptait 151 habitants au recensement de 1911.
    Il a été l'enjeu de combats acharnés de la fin du mois de septembre 1914 jusqu'en avril 1915.
    Le passage de l'armée allemande lors de la Première Guerre mondiale a obligé les habitants à fuir leurs maisons dès le début septembre 1914. Le village fut anéanti, et ne s'est plus jamais relevé, victime de cette guerre.
    Le peintre allemand August Macke y trouva la mort sur le champ de bataille en septembre 1914.
    Lors de la création du camp militaire de Suippes en 1950, la commune fut officiellement supprimée, et son territoire rattaché à la commune voisine de Souain, qui prit alors le nom de Souain-Perthes-lès-Hurlus pour perpétuer la mémoire du village disparu.





    Regardez bien au pied de la croix en bois plantée à droite de la photo, une partie de la pierre arrondie représentant la moitié d'un trèfle est encore visigle dans les décombres.
    Vous retrouverez cette pierre sur les ruines de l'église figurant sur les deux cartes postales qui suivent. Je suis bien à Perthes les Hurlus.























    Bien entendu, tout ceci n'existe plus. La forêt a repris ses droits et là aussi, plus personne ne tire dessus. Ca fait longtemps que cet endroit n'est plus un objectif d'artillerie.




























    Dernière édition par Roger le Sam 7 Avr - 22:14, édité 1 fois


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Hurlus

    Message par Roger le Sam 7 Avr - 22:00

    Le village de Hurlus


    Je n'ai pas grand chose sur ce village. Il faut que je fouille encore mes archives car je dois avoir quelques albums encore enfouis dans des cartons nons encore ouverts.
    Pourtant j'y suis passé aussi et j'ai pris ce cliché.

    Hurlus se trouve dans le nord-est du département de la Marne, entre Reims et Verdun, sur le carrefour des anciennes routes que reliaient Ville-sur-Tourbe à Somme-Suippe et celle qui partait à Souain.
    Le village de Hurlus comptait 88 habitants en 1911. Pendant la Première Guerre mondiale, le village fut anéanti. Il ne s'est plus jamais relevé, victime de cette guerre.

    Lors de la création du camp militaire de Suippes en 1950, la commune fut officiellement supprimée, et son territoire rattaché à la commune voisine de Wargemoulin, qui prit alors le nom de Wargemoulin-Hurlus pour perpétuer la mémoire du village disparu.








    Un lien traitant aussi de Hurlus avec d'autres photos:
    http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/lieux/1GM_CA/villages_detruits/04hurlus.htm








    .


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 63
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Re: Le camp de Suippes.

    Message par Roger le Sam 7 Avr - 22:42

    Visite des villages détruits du camp de Suippes


    CINQ villages, détruits en quelques mois par les canons français et allemands, dévastés au point de n'être jamais reconstruits. Perthes-les-Hurlus, Hurlus, Le Mesnil-les-Hurlus, Tahure et Ripont : les cinq hameaux, disséminés sur 14 000 hectares, placés sur la ligne de front de la guerre de tranchées, rayés de la carte en 1914 et 1915, symbolisent aujourd'hui la violence de la Grande Guerre sur le front marnais.
    Aujourd'hui situées sur le camp militaire de Suippes, les ruines sont inaccessibles. Hormis un jour de septembre chaque année .
    Comme tous les ans, le centre d'entraînement des brigades ouvre ses portes le temps d'une journée pour se remémorer les morts ou déplacés de la Première Guerre mondiale.

    Visites commentées, cérémonies militaire et religieuse, (chants religieux, exposition de photos, drapeaux…), à l'initiative de l'Office régional culturel de Champagne-Ardenne. Des milliers de visiteurs sont attendus, répartis dans des bus navette toutes les dix minutes, pour rendre hommage, aussi bien aux soldats morts ici dans le terrible conflit, qu'aux villageois qui ont perdu leurs maison, village et amis.
    Les habitants de la région avaient été, dans leur grande majorité, évacués.

    À Perthes-les-Hurlus, sur 151 villageois, seule une vingtaine restait au soir du 2 septembre. L'artillerie allemande a fait table rase des maisons, du fameux moulin et de l'église, dès le début de l'hiver.

    Le Mesnil, 97 habitants, était célèbre dans le coin pour son église, qui comprenait un retable du XVIe siècle (aujourd'hui au musée de Châlons), et où les pèlerins s'arrêtaient pour rendre hommage à saint Pantaleon, patron des médecins et nourrices. Les attaques très meurtrières menées sur le sol du village du 22 au 25 septembre n'ont presque rien laissé du village. Seuls subsistent aujourd'hui des vestiges de l'église, récemment mis à jour.

    Hurlus, 88 âmes, a subi le même sort. L'église du XIIIe siècle, atteinte par un obus en décembre 1914 puis touchée par les bombardements à répétition, s'est effondrée ; les habitations ont été dévastées. Ce sont ses ruines, les plus spectaculaires du camp, qui témoignent le mieux de la dévastation.

    « J'étais à Tahure »
    Tahure est restée un symbole. On disait après la guerre « J'étais à Tahure » comme on racontait « J'ai fait Verdun ». Le mois d'octobre 1915 y a été particulièrement terrible pour les Poilus. Le village avait été déserté très tôt, lors de la fuite effrénée des 185 habitants devant l'arrivée des régiments de cavaliers allemands.

    Le village de Ripont, détruit à Pâques 1915, n'est pas accessible au public.

    Certains visiteurs reviennent tous les ans, glanant à chaque fois quelque nouvelle information.
    D'autres s'attardent là sur les traces d'un arrière-grand-père ou d'un grand-oncle. D'autres rendent hommage à ces inconnus morts pour leur pays. Entre les explications fournies, de longs silences d'hommage dans l'assistance. « Ce que nous avons fait, disait le romancier-poète Maurice Genevoix, c'est plus qu'on ne pouvait demander à des hommes, et nous l'avons fait. »






    Voici le lien d'un internaute qui a fait récemment la visite des villages disparus
    http://sapigneul.superforum.fr/t108-sites-et-vestiges-les-villages-disparus-du-camp-de-suippes-51







    .


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.

    Contenu sponsorisé

    Re: Le camp de Suippes.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 23:32