Amerique centrale - Février/mars 2012

    Partagez
    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Mar 17 Avr - 12:58



    Le Honduras

    Le Honduras forme, avec le Guatémala et le Salvador voisins, le triangle nord de l’isthme centraméricain. Toutefois sa plus longue frontière est celle qu’il partage avec le Nicaragua. La côte nord du pays est bordée par la mer des Caraïbes. Le pays dispose d’un accès à l’océan Pacifique par le golfe de Fonseca,. Le système montagneux central est traversé par des fleuves qui débouchent dans la mer des Caraïbes et dans l’océan Pacifique. Les terres basses de la partie sud forment une plaine le long de la côte du Pacifique. Les grandes vallées fertiles des terres basses situées près de la mer des Caraïbes sont principalement dédiées à la culture de la banane.

    Le climat, tropical chaud et humide sur les côtes, est plus sec à l’intérieur du pays. La saison des pluies dure de mai à octobre et peut être particulièrement destructrice, comme celle d’octobre 2011 (pertes et dommages estimés à 204 MUS$) . L’intérieur du pays et la côte Pacifique sont secs de novembre à avril. La température moyenne annuelle est d’environ 27°.

    La population du Honduras était estimée à 6,5 millions d’habitants en 2000. Près de 90 % des Honduriens sont métissés, c’est-à-dire d’origine à la fois espagnole et indienne; le reste des habitants est de race noire ou blanche. Les Métis (90 %), en espagnol Mestinos, sont appelés Ladinos; les Noirs (2 %), les Black Karibs ou plus souvent les Garífunas. Les autochtones, appelés indifféremment Indiens ou Indigènes mais rarement Amérindiens, constituent 7 % de la population, les Blancs ne représentant que 1 %. Or, les Garifunas sont le résultat du métissage entre Amérindiens arawaks et esclaves noirs de l'île de Saint-Vincent.

    Découvert en 1502 par Christophe Colomb, le Honduras devient un Etat indépendant en 1838. Après une première expérience démocratique dans les années 1950, s’ouvre en 1963 une période de 18 ans de régimes militaires. La constitution de 1982 restaure le cadre démocratique. Cependant, le pays subit au même moment une crise économique sans précédent ainsi que l’infiltration des Contras engagés au Salvador et au Nicaragua, qui utilisent le territoire hondurien comme base arrière. Après l’arrivée au pouvoir des Sandinistes en 1979 au Nicaragua voisin, le Honduras devient le principal allié de Washington en Amérique centrale. Les Etats-Unis ont installé en 1981 à Palmerola, à 80 kilomètres de Tegucigalpa, la base aérienne militaire de Soto Cano.

    Le pays ne connaîtra la paix civile qu’à la fin des conflits régionaux en 1999. Les élections du 27 novembre 2005 portent au pouvoir José Manuel Zelaya, candidat du Parti Libéral (centre gauche). Il perd très vite le soutien de son propre parti, est affaibli par une crise politique intérieure puis renversé par un coup d’Etat le 28 juin 2009. Le régime de facto de Roberto Micheletti (qui était président du Congrès) se maintient pendant 5 mois au pouvoir sans la reconnaissance de la communauté internationale. Comme prévu par la constitution, le Tribunal suprême électoral organise le 29 novembre 2009 des élections législatives, municipales et présidentielles. Le candidat du Parti National (centre droit), Porfirio Lobo, qui avait gardé ses distances tant avec le Président Zelaya qu’avec les putschistes, remporte largement les suffrages des Honduriens avec 53% des voix. Son parti dispose de 75 des 128 sièges du congrès.
    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Mer 18 Avr - 11:43

    Copan Ruinas

    Nous voici arrivés à Copan Ruinas. C'est une ancienne ville maya qui a donné son nom à l'actuelle ville de Copán Ruinas, ainsi qu'à la capitale (Santa Rosa de Copán) du département de Copán, situé à l'extrémité ouest du Honduras.

    Cette ville, qui a connu son apogée au VIIe siècle ap. J.-C., a été abandonnée aux environs du Xe siècle. Elle a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial culturel de l'Humanité de l'UNESCO en 1980.

    Vu la proximité immédiate du site archéologique de Copan (10mn à pieds), on y trouve bon nombre d'hôtels, restaurants et autres boutiques de souvenirs.

































    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Mer 18 Avr - 16:18

    Copan




    Le site archéologique de Copán est situé en pleine jungle, dans la petite vallée d'un sous-affluent du fleuve Motagua, la rivière Copán, à une altitude de 600 mètres et à seulement 12km de la frontière guatémaltèque.

    Un peu d'histoire avant de plonger dans le vif du sujet :

    Les traces de peuplement les plus anciennes semblent indiquer que l'occupation de la vallée de Copán a commencé dès le XIIe siècle av. J.‑C.. Pour des raisons qui restent inexpliquées, elle a été en grande partie abandonnée de -300 jusqu'aux environs de 150.

    Des débuts de l'histoire de Copán n'émergent que quelques dates en compte long correspondant aux années 159 et 376 de notre ère, qui ont été retrouvées sur des monuments largement postérieurs. Elles sont associées à des événements qui demeurent obscurs. On a même trouvé une référence à une date qui correspond à 321 avant notre ère, mais dont on peut se demander si elle n'est pas mythique.

    Grâce aux travaux d'interprétation de l'Autel Q, de l'Escalier hiéroglyphique et de plusieurs tombes royales, l'histoire de Copán peut être établie avec plus de certitude à partir de l'arrivée au pouvoir en 426 de K’inich Yax K’uk’ Mo’, fondateur d'une longue dynastie. Les liens entre le fondateur de la dynastie ainsi que son premier successeur et Teotihuacán, la grande métropole du Mexique central, ne font aucun doute: les indices archéologiques ne manquent pas, qu'il s'agisse des représentations de K'inich Yax K'uk Mo' avec des «yeux cerclés» et un bouclier rectangulaire à la manière de Teotihuacán, ou encore de la découverte d'un récipient tripode bien connu des archéologues sous le nom de «Dazzler» figurant un temple teotihuacán au talud-tablero caractéristique. Le phénomène n'est pas unique au Ve siècle : il est bien attesté à Tikal par exemple. La nature de ces liens reste cependant sujette à débat.






    Conformément à l'idéologie qui se propage dans les cités mayas dès la fin de l'Époque préclassique, autorité politique et religieuse se confondent à l'Époque classique. Les rois de de Copán étaient des «k'uhul ajaw» («divins seigneurs»), médiateurs entre le monde humain et les puissances surnaturelles.

    De grands monuments n'ont cessé d'être construits à partir du règne de K'inich Yax K'uk Mo' jusqu'à la fin des «k'uhul ajaw» de Copán, de 435 à 822.

    C'est seulement au VIIe siècle que Copán devient un centre majeur, l'une des plus puissantes cités mayas. Cette période, l'âge d'or de la cité, correspond au règne de Jaguar de Fumée et de son fils Waxaklajuun Ub'aah K'awiil («Dix-huit images de K'awiil», mieux connu sous le sobriquet de «18-Lapin» qui lui a été affublé à une époque où le déchiffrement de l'écriture maya était encore rudimentaire). Le commerce se développe et les temples prolifèrent ; une importante population vient se regrouper autour de la ville, attirée par sa prospérité et ses grandes fêtes rituelles organisées par le roi autour d'auto-sacrifices et de sacrifices humains.










    L'âge d'or de Copan prit fin lorsque Waxaklajuun Ub'aah K'awiil fut capturé et sacrifié par K'ak Tiliw Chan Yoaat, roi de Quirigua (738). La mise à mort d'un «divin seigneur» a du profondément ébranler la société copanèque. Le successeur de Waxaklajuun Ub'aah K'awiil semble avoir tenté de redresser la situation en renonçant au monopole du pouvoir et en y associant les lignages aristocratiques. En témoigne la structure 22A de l'Acropole, un bâtiment dont la façade est décorée d'un motif en forme de natte. Or, en Mésoamérique, la natte est le symbole du gouvernement. Les archéologues pensent que les huit statues accompagnées de noms de lieux qui ornent également cette façade représentent les chefs de ces lignages.

    Il semblerait que ce soit un problème environnemental qui ait provoqué la chute de Copán. En effet, à cause de la déforestation - on estime qu'à la fin du VIIIe siècle, il n'y avait plus un seul arbre dans les 30 km à la ronde - liée à la densité croissante de la population, celle-ci fut obligée de cultiver les versants abrupts de la vallée et, à cause de l'érosion du sol, de défricher toujours plus. Cette spirale infernale de déboisement-érosion aurait entraîné un appauvrissement des terres et des inondations. La population aurait ainsi souffert de plus en plus du problème de la culture des terres : en examinant les restes de squelettes datant du VIIIe ou IXe siècle, les archéologues ont relevé des signes de malnutrition et constaté un accroissement de la mortalité infantile.








    La réponse des souverains copanèques à cette situation a été totalement inadéquate. Enfermés dans l'idéologie de la royauté divine, ils ont continué à pratiquer sacrifices et autosacrifices, ainsi qu'à édifier des temples toujours plus grands. Sous Yax Pasaj, le seizième souverain de la dynastie, le système montre des signes d'essouflement : la plupart des monuments qu'il a commandités datent de la première moitié de son règne. Son monument le plus célèbre, l'Autel Q, était destiné à afficher sa légitimité. Cette insistance pourrait indiquer à contrario qu'il n'en était plus assuré. Après sa mort, à une date incertaine au début du IXe siècle, un certain Ukit Took' semble avoir tenté de perpétuer la royauté sacrée à Copan. Il en reste un témoignage pathétique: l'Autel L, daté de 822, une pâle copie de l'Autel Q. Ukit Took' s'y est fait représenter assis face à Yax Pasaj, qui lui transmet les insignes du pouvoir, de la même manière que K'inich Yax K'uk' Mo' le fait pour Yax Pasaj sur l'Autel Q. Une deuxième face est ébauchée; le reste du monument n'a jamais été sculpté. Les archéologues y voient la fin de la royauté à Copan. Le temps des «divins seigneurs» était révolu: ils avaient perdu la capacité de convaincre leur peuple qu'ils assuraient l'équilibre du monde.

    La fin de la royauté ne marque cependant pas un «effondrement» brutal de la société dans la vallée de Copan. De près de 28 000 personnes à son apogée au début du IXe siècle, la population décroit lentement : on l'estime encore à quelque 12 000 personnes à la fin du Xe siècle. Au XIIIe siècle, la vallée est pratiquement abandonnée.
    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Jeu 19 Avr - 10:59

    Bien que la rivière Copán, le long de laquelle la cité fut construite, ait emporté une partie des bâtiments, le parc archéologique de Copán reste avec Chichén Itzá et Tikal l'un des plus intéressants sites mayas. Sa disposition est conforme à la pensée cosmologique maya: le monde est orienté selon les quatre points cardinaux avec un centre qui en constitue l'axe et la cité est un microcosme à l'image de ce macrocosme. À Copán, un centre cérémoniel, appelé Groupe principal et composé d'une Grande Place et d'une Acropole, représente l'axe du monde. Il est entouré de secteurs d'habitations situés aux quatre points cardinaux et reliés au centre par des chaussées appelées sacbe.






















    L'Autel Q

    L'Autel Q est un bloc de pierre sculpté, de base carrée, de 1,50 m de côté, situé vis-à-vis de la façade ouest de la Structure 10L-16 de l'Acropole. Seize personnages assis les jambes croisées sont représentés quatre par quatre sur les côtés. La partie supérieure est couverte d'hiéroglyphes. Jusque dans les années 70 du XXe siècle, on interprétrait ce monument de manière totalement erronée :«Ces scènes représentent sans doute une réunion de prêtres venus d'endroits différents pour faire un réajustement du calendrier.» Grâce au progrès du déchiffrement de l'écriture maya, on sait maintenant que ce monument fournit la clé de l'histoire dynastique de Copan (voir ci-dessus). Consacré par Yax Pasaj en 775 de notre ère, il représente les seize souverains d'une même dynastie. Au centre de la face ouest se trouve la partie la plus importante: tourné vers la gauche, est assis K'inich Yax K'uk' Mo', le fondateur de la dynastie copanèque. Assis derrière lui, tout autour du monument, se trouvent ses quinze successeurs, jusqu'au dernier, Yax Pasaj, qui se retrouve ainsi face à son ancêtre au centre de la face ouest. Ce dernier semble lui tendre les insignes du pouvoir. Entre eux, la date d'accession de Yax Pasaj. Cette composition d'une grande virtuosité véhicule un message au centre de la pensée politico-religieuse des Mayas classiques: le souverain tire son pouvoir de ses ancêtres, avec qui il communique directement. Il faut noter en outre que tous les souverains, sauf K'inich Yax K'uk' Mo', portent une espèce de «turban», que l'on ne trouve qu'à Copan.

    À côté de l'Autel Q, les archéologues ont découvert une petite crypte contenant les reste de quinze jaguars sacrifiés. Selon toute vraisemblance, ces animaux correspondent aux quinze ancêtres de Yax Pasaj. Chez les Mayas le jaguar est fréquemment associé à la royauté ainsi qu'au soleil noctune traversant l'inframonde.




    L'Acropole

    Située au sud de la Grande Place et du Jeu de balle, l'Acropole est un ensemble surélevé de structures à destination rituelle ou résidentielle. Son centre est occupé par les cours ouest et est séparées par la structure 16, le temple-pyramide le plus élevé de Copán. Cette disposition architecturale, conforme à la pensée religieuse maya, reproduit la topographie de l'univers: le temple-pyramide correspond à une montagne («witz'» en maya), tandis que la place est l'équivalent de l'océan sur lequel flotte la terre («naab» en maya).







    Pour voir cette image en 1680 x 650, cliquez ==> ici <==





















    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Jeu 19 Avr - 11:52



    Pour voir cette image en 1680 x 690, cliquez ==> ici <==

    L'escalier hiéroglyphique

    L'escalier monumental de la structure 26, commencé sous le règne de Waxaklajuun Ub'aah K'awiil et incorpé dans celui érigé sous le règne du quinzième roi, K'ak' Yipyaj Chan K'awiil, comporte le plus long texte maya connu (2 200 glyphes), sculpté avec beaucoup de précision dans la pierre des contremarches.

    Malheureusement, sur les 63 marches, seulement 15 ont été trouvées encore à leur place, dont 5 partiellement détruites : les autres s'étant effondrées, elles ont été replacées de façon arbitraire lors de la restauration de l'édifice en 1935.

    Il n'a donc pas été possible de déchiffrer entièrement le puzzle incomplet actuel ; le texte constitue une chronique de la dynastie copanèque depuis le premier roi Yax K'uk' Mo'. Les cinq statues assises tout au long du milieu de l'escalier représentent les cinq prédécesseurs de K'ak' Yipyaj Chan K'awiil. Ce dernier est représenté sur la Stèle M qui se trouve au pied de l'escalier.














    Le terrain de jeu de balle

    Le terrain de jeu de balle de Copán est remarquable de par son bon état de conservation et sa taille: il s'agit en effet du deuxième plus grand terrain d'Amérique Centrale, après celui de Chichén Itzá. Ce monument est sans doute la dernière grande réalisation de Waxaklajuun Ubaah K'awiil alias 18-Lapin, quelques mois avant sa capture et sa mort, si l'on s'en tient à la lecture de la date de consécration en compte long.

    Le Jeu de balle, également appelé jeu de pelote, était bien plus qu'un simple sport chez les Mayas. C'était un rituel religieux symbolisant la lutte entre les forces vitales du monde terrestre et le Monde Inférieur correspondant à la mort.



    Pour voir cette image en 1680 x 619, cliquez ==> ici <==

    La Grande Place

    Célèbre pour les stèles et les autels qui la recouvrent. La stèle E a été érigée par le septième souverain, Nénuphar-jaguar; la stèle I par le douzième souverain, Fumée-imix. Sept stèles remarquables représentent Waxaklajuun Ubaah K'awiil alias 18-Lapin; par ordre chronologique la stèle C (711), la stèle F (721), la stèle 4 (726), la stèle H (730), la stèle A (731), la stèle B (731) et la stèle D (736). Les sculpteurs disposaient d'un matériau particulièrement tendre, le tuf volcanique, et les stèles ont été taillées en haut-relief, souvent proche de la ronde-bosse. Linda Schele et Peter Mathews ont émis l'hypothèse qu'il existait à Copan au début du VIIIe siècle deux sculpteurs - ou deux ateliers de sculpture-, l'un «conservateur», qui aurait produit les stèles A, B, H et C, restées plus proches des stèles prismatiques traditionnelles, et l'autre «novateur», qui aurait réalisé les stèlesF, 4 et D, où le personnage se détache nettement de la stèle. Les auteurs concèdent volontiers qu'il s'agit là de spéculation. Les stèles représentent le souverain vu de face, tenant dans ses bras une barre cérémonielle (appelée aussi barre-serpent). La tête est disproportionnée par rapport au corps et les jambes sont massives. Les stèles sont orientées est-ouest de façon à être éclairées par le soleil levant et le soleil couchant. Sous chaque stèle se trouve une chambre cruciforme, destinée à accueillir des offrandes. Seule celle de la stèle A est visible. On suppose que toutes les stèles étaient peintes à l'origine. On distingue encore des traces de peinture sur la Stèle C. Chaque stèle représente Waxaklajuun Ubaah K'awiil exécutant un rituel au cours duquel il incarne - matérialise littéralement - une divinité : par exemple sur la stèle H, où il incarne le Dieu du Maïs quand celui-ci exécute une danse au moment de la création du monde; ou encore sur la stèle B, où il incarne le dieu Chac, émergeant des machoires du monstre terrestre. Beaucoup d'autels ont des formes d'inspiration animale.

























    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Ven 20 Avr - 12:36

    Direction le musée. On y accède par un souterrain en zig-zag représentant un serpent.

    Le « Museo de Escultura Maya » abrite une reproduction grandeur nature de l'Édifice Rosalila.






    On y a également installé les originaux de plusieurs sculptures pour les protéger des intempéries : l'Autel Q ainsi que les stèles A, N, P et la Structure 2. Des copies ont été installées à leur emplacement d'origine. A long terme, on pourrait en faire de même pour d'autres stèles.





































    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Ven 20 Avr - 12:48

    Deuxième salve :






























    La suite de la visite dès que j'ai un peu de temps (probablement lundi).
    avatar
    Lamouette 2

    Nombre de messages : 1383
    Age : 65
    Localisation : Montroulez
    Date d'inscription : 24/11/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Lamouette 2 le Ven 20 Avr - 13:30

    C'est vraiment une magnifique visite que tu nous offres !!!!!!!!!!!
    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Ven 20 Avr - 15:49

    Suite (et fin) du musée :

























    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Lun 23 Avr - 10:14

    A la sortie du musée, notre guide (local) nous proposera d'aller visiter d'autres ruines se situant non loin de là.

    Le site principal constitue la ville habitée par le roi, mais il existe tout un tas de structures annexes qu'occupaient les princes et autre personnages importants.

    L'ensemble de la région est un gigantesque terrain d'investigations et il reste beaucoup de choses à y découvrir.













































    avatar
    Lamouette 2

    Nombre de messages : 1383
    Age : 65
    Localisation : Montroulez
    Date d'inscription : 24/11/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Lamouette 2 le Lun 23 Avr - 10:25

    C'est curieux cette partie qui a l'air neuve par rapport au reste de l'édifice ...? Elle n'a quand même pas été "toilettée" sur place, en pleine nature, sans électricité pour brancher des appareils à sabler ou autres . Alors ? Démontée, envoyée dans des ateliers et reconstruite ensuite ?
    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Lun 23 Avr - 12:21

    Cette partie est effectivement neuve; l'original se trouve dans le musée.

    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Mar 24 Avr - 9:55

    La route du lendemain nous ramène au Salvador où nous finirons notre séjour par quelques jours dans un all-in afin de nous reposer un peu des nombreux kilomètres effectués avant le retour à la maison.

    Les paysages entre le Honduras et le Salvador sont magnifiques, et nous passerons une fois encore la frontière sans encombres.















































    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Mer 25 Avr - 10:40

    La Palma

    Dernière étape avant notre arrivée à San Salvador et le transfert à Sonsonate : La Palma.

    Ce petit village est situé dans le nord du Salvador, juste avant la frontière hondurienne. Il serait insignifiant sans l'existance de fresques peintes un peu partout sur les façades des maisons; le cubisme est le style imposé.

    On y trouve des petits ateliers artisanaux voués essentiellement à la production d'objets destinés aux touristes, ainsi qu'un petit marché où une partie de cette production est écoulée.

    C'est d'ailleurs un peu curieux car des touristes, nous n'en avons pas croisé. Cependant, La Palma étant sur la route de Copan, ce village semble être une étape imposée pour ceux qui s'y rendent en provenance du Salvador.

































    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Jeu 26 Avr - 10:53

    Voilà, ce CR touche tout doucement à sa fin... Voici encore quelques panoramas pris sur la route de San Salvador :



    Pour voir cette image en 1680 x 636, cliquez ==> ici <==



    Pour voir cette image en 1680 x 620, cliquez ==> ici <==



    Pour voir cette image en 1680 x 697, cliquez ==> ici <==

    Et quelques couchers de soleil :







    avatar
    Arawak

    Nombre de messages : 219
    Age : 54
    Localisation : Expatrié en Belgique
    Date d'inscription : 16/01/2009

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Arawak le Jeu 26 Avr - 15:38

    Voilà, il ne me reste plus qu'à vous remercier de vos commentaires, et à vous laisser les liens vers les différents albums que j'ai posté sur picasa si vous voulez en voir d'avantage :

    - pour le Salvador :

    - pour le Nicaragua :

    - pour le Honduras :



    Galerie générale : https://picasaweb.google.com/heavyarawak



    Voici aussi, pour rappel, les liens vers les hôtels du séjour :

    - Arbol de Fuego - San Salvador (Salvador) :

    - Perkin Lenka Lodge - Perquin (Salvador) :

    - Hôtel Austria - Léon (Nicaragua) :

    - Patio del Malinche - Granada (Nicaragua) :

    - Hôtel Los Arcos - Esteli (Nicaragua) :

    - Panacam Lodge - Parque Nacional Cerro Azul (Honduras) :

    - Hôtel Camino Maya - Copan Ruinas (Honduras) :

    - Royal Decameron Salinitas (Salvador) :

    Contenu sponsorisé

    Re: Amerique centrale - Février/mars 2012

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 1:36