Les citoyens (contribuables) dindons de la farce européenne ?

    Partagez
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Les citoyens (contribuables) dindons de la farce européenne ?

    Message par Roger le Jeu 15 Déc - 1:36

    DNA : éditorial de Jean-Claude Kiefer

    Et maintenant ?
    La seizième réunion de crise consacrée au sauvetage de la zone euro et, au-delà, de l’Union européenne aura-t-elle été la bonne? C’est vrai, pour la première fois depuis l’automne 2009 existe une véritable volonté politique dans une unanimité que seul brise le «no» britannique. Mais cela suffira-t-il ? Avec «Standard and Poor’s» en tête des agences de notation, les marchés le diront très rapidement. Et malheureusement, bien que douteuse, leur appréciation comptera.
    Plus réalistes sont les premières réactions américaines. Pour Washington, les décisions prises à Bruxelles passent pour un «progrès». Le terme employé signifie déjà que pour la Maison Blanche, l’aboutissement est encore loin. Manquerait toujours la «mutualisation» des responsabilités financières via des «eurobonds» et un vrai comportement de banque centrale de la part de la BCE agissant au nom d’une monnaie qui se veut unique et commune. Ce n’est pas tout. Les mesures d’austérité qui découleront forcément de la discipline budgétaire institutionnalisée freineront ou empêcheront la croissance. En Europe d’abord, puis par contagion aux Etats-Unis à un moment où la Chine, l’autre grand acteur de l’économie mondiale, connaît aussi des difficultés.
    Curieusement, ces analyses américaines rejoignent des propos entendus dans les partis de gauche européens.
    Car les problèmes sont légion. D’abord au nom de cette «règle d’or» sur les déficits budgétaires que doivent s’imposer les Etats de l’UE. Fixer des limites arbitraires d’endettement paraît artificiel, car l’économie d’un pays, liée à celle de l’Europe et du monde, est en constante évolution comme d’ailleurs devrait l’être la valeur d’une monnaie.

    Ensuite, quelque chose d’inouï a été officialisé: les investisseurs financiers sont pratiquement affranchis de toute responsabilité si un Etat fait faillite. Aux contribuables de payer l’ardoise!

    Enfin, reste la grande question de la démocratie dans cette nouvelle Europe «intergouvernementale» à 26. Pour le citoyen, l’UE n’est plus que synonyme de fric, de commerce et de règlementations décidées par une pléthorique et opaque technocratie. De quoi perdre tout euro-enthousiasme! Le Parlement européen, jusqu’à présent l’instance démocratique d’une Europe communautaire, semble être ravalé au rang d’une Assemblée consultative juste bonne pour les discours du dimanche. On attend sa réaction à partir de demain à Strasbourg.


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.

      La date/heure actuelle est Mar 24 Avr - 23:34