Trenblement de terre au japon

    Partagez
    avatar
    Lamouette 2

    Nombre de messages : 1383
    Age : 65
    Localisation : Montroulez
    Date d'inscription : 24/11/2009

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par Lamouette 2 le Jeu 24 Mar - 13:41

    Bon courage Roger . Pour le nuage, si mes maigres connaissances sur le sujet sont exactes, le pire c'est si la pluie rabat les particules sur le sol puis dans le sol ... il a fait beau, c'est déjà ça .
    avatar
    alexo

    Nombre de messages : 1328
    Age : 57
    Localisation : Laurentides, Québec
    Date d'inscription : 05/10/2008

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par alexo le Sam 26 Mar - 2:45

    J`adore ta photo Lamouette!!! Roger, tu dis vouloir prendre du soleil tout comme Lamouette, t`es pas peureux, j `sais pas pourquoi, mais je ne serais pas tenté par le banc au soleil de mon coté!!
    avatar
    Lamouette 2

    Nombre de messages : 1383
    Age : 65
    Localisation : Montroulez
    Date d'inscription : 24/11/2009

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par Lamouette 2 le Sam 26 Mar - 19:14

    Je suis contente de t'avoir fait rire Alexo . Roger n'avait pas eu de réaction, je me demandais si je n'avais pas fait du très mauvais humour... me voilà rassurée .
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par Roger le Sam 26 Mar - 21:00

    Non les filles,
    Roger prend le temps de vous lire.
    Roger est vraiment préoccupé par cette catastrophe qui n'est pas prête de se terminer j'en ai peur.
    On ne nous dit pas tout !
    Pas encore mais la mer est totalement irradiée à cet endroit et bien entendu l'irradiation va se diluer.
    A quand les poissons mutants ?





    26 mars 2011
    Le tremblement de terre au Japon pourrait être la plus coûteuse des catastrophes de tous les temps
    Alors que le Japon est encore sous le choc du tremblement de terre et du tsunami qui a frappé la côte nord-est de l’archipel, le 11 mars,
    Alors que le gouvernement s’efforce de contenir une catastrophe nucléaire et que près de 10.000 personnes sont toujours portées disparues,
    la banque Mondiale vient de publier la première évaluation du préjudice économique de la catastrophe : 235 milliards de dollars ou 170 milliards d’euros, soit l’équivalent de 4 % du PIB nippon. Ce chiffre en ferait la catastrophe la plus coûteuse en termes économiques depuis 46 ans. Le tsunami de l’océan Indien en 2004, qui a causé quelque 250.000 morts, ne figure pas sur cette liste. Le faible préjudice économique au regard du nombre de morts (14 milliards de dollars) s’explique par la faible activité des zones concernées.




    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par Roger le Dim 27 Mar - 1:17

    Fukushima:
    iode très radioactif en mer




    AFP
    26/03/2011 | Mise à jour : 08:00

    Un taux d'iode radioactif 1.250 fois supérieur à la norme a été mesuré en mer à quelques centaines de mètres au large de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé aujourd'hui l'Agence japonaise de sûreté nucléaire. L'Agence a précisé que les tests avaient été réalisés par la compagnie d'électricité gérant le site, Tokyo Electric Power (Tepco).

    Mardi, ce taux d'iode 131 avait été détecté à un niveau 126 fois supérieur à la limite légale fixée par le gouvernement dans l'océan Pacifique à proximité de la centrale de Fukushima Daiichi (N°1). Les pouvoirs publics avaient alors annoncé un renforcement des contrôles sur les poissons et fruits de mer pêchés le long des côtes.

    Cette centrale, située à 250 km au nord-est de Tokyo, a été gravement endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars. Les systèmes de refroidissements de quatre réacteurs sont depuis en panne, entraînant de multiples incidents et des rejets radioactifs.





    Après les poissons au mercure on va avoir des versions brillantes. Si le nuage radioactif passe... les poissons radioactifs, eux, vont tomber dans nos assiettes, sans passer par la case Geiger.

    Ce qui laisse sans voix c'est de savoir qu'ils ont pu positionner quatre centrales sur leur façade côtière est, en face des failles. C'était tenter le diable...

    L'iode 131 a une demie vie de 8 jours environ, ce qui est court, c'est à dire que tous les 8 jours il y a la moitié de l'iode 131 qui disparait. Dans environ deux mois, si de nouvelles quantités d'iode ne s'ajoutent pas à celles déjà présentes, la radioactivité sera revenue à la limite légale. Il n'en est pas de même pour le césium 137 qui a une demi-vie moyenne de 30,15 ans, et qui doit être lui aussi présent dans l'eau de mer, peut être même en quantités plus importantes que l'Iode 131!


    cette cuve numéro 3 est percée, c'est une évidence et les autorités Japonaises ne pourrons bientôt plus le nier...Vive le nucléaire!


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par Roger le Dim 27 Mar - 11:44

    De mieux en mieux,
    Selon France Info,
    Ce matin, le taux de radioactivité en mer à quelques centaines de mètres de la centrale est passé à 1850 fois supérieur au taux autorisé et sur terre aux abords immédiats de la centrale, 10 000 000 de fois supérieur au taux autorisé.

    Et nos médias qui ne parlent que d'économie, de chiffres, de croissance ralentie à cause de cette catastrophe qui devrait ou ne devrait pas affecter l'économie mondiale. Economie qui ne profite qu'aux plus riches et pas aux populations qui sont au contact direct avec cette radioactivité résiduelle sans cesse croissante si on peut se fier aux informations diffusées sur nos radios locales.
    Les populations qui se sacrifient pour sauver leurs concitoyens. Les héros du pays.
    Mon dieu, je crains le pire.
    Cette mer contaminée aux abords se diluera sans nul doute sur la planète et c'est notre alimentation en général qui sera touchée à jamais car qui sait ce que deviendra notre planète si d'autres catastrophes du même type se produisent chez nous.
    Et si ces catastrophe donnait des idées aux terroristes qui pourraient lancer des camions bourrés d'explosifs sur nos ou des installations mal protégées partout dans le monde ?

    Cela me navre. Vraiment.



    .


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Le Japon n'était pas préparé au risque nucléaire

    Message par Roger le Dim 27 Mar - 21:44

    27/03/2011 19:44
    « Le Japon n'était pas préparé au risque nucléaire»



    Christian Navarre, psychiatre et référent de la cellule médico-psychologique de Haute-Normandie (1), insiste sur l’importance du lien social et de la foi pour aider les Japonais à faire face sur un plan émotionnel aux événements dramatiques qui touchent leur pays


    La Croix. Après le tsunami de décembre 2004 en Asie, de nombreux psychologues ou psychiatres français, dont vous-même, étaient allés sur place pour apporter un soutien aux victimes. Pour quelle raison n’y a-t-il pas eu de mobilisation semblable pour le Japon ?
    CHRISTIAN NAVARRE : En 2004, les cellules médico-psychologiques étaient allées en Thaïlande à la demande de nos autorités ministérielles, principalement pour porter assistance aux nombreux Français, résidents ou touristes, qui avaient été confrontés au tsunami. Cette fois, il n’y a pas eu de demande du ministère dans ce sens. Il est vrai que le contexte est différent. Le Japon n’a, pour l’instant, pas fait de demande d’aide internationale dans ce domaine. Il faut prendre en compte le fait qu’il s’agit d’un pays en pointe en matière de prévention des risques sanitaires avec de nombreux psychologues ou psychiatres bien formés.
    Depuis quinze jours, on a beaucoup parlé de la grande maîtrise émotionnelle du peuple japonais, de son sang-froid, de l’absence de phénomène de panique collective qu’on aurait sans doute pu voir dans d’autres pays face à une telle succession d’événements. Peut-on expliquer cette réaction uniquement par des raisons d’ordre culturel ?

    Tout d’abord, il ne faudrait pas que cette retenue donne l’impression qu’il n’y a pas de souffrance, qu’elle soit une manière d’occulter la réalité des détresses individuelles qui sont forcément considérables. Avec la focalisation actuelle sur la menace nucléaire, on a presque tendance à oublier que le séisme et le tsunami ont fait plus de 20 000 morts. Ensuite, il y a effectivement des différences culturelles, avec notamment une appréhension différente de la mort, qui peuvent expliquer cette capacité du peuple japonais à gérer son stress de manière peu démonstrative, cette faculté à garder ses affects pour soi pour ne pas angoisser l’autre. Il y a aussi dans ce pays une longue tradition de prise en charge collective des catastrophes avec une cohésion sociale très forte. Enfin, il y a un point moins évoqué mais fondamental à mes yeux : c’est celui de la dimension spirituelle dans cette réaction collective des Japonais. Voir l’empereur dire qu’il va prier pour son peuple n’est pas un événement anodin. Cette catastrophe renvoie chaque Japonais à un sentiment d’effraction de son illusion d’invincibilité, d’immortalité. À cette impression que, d’un seul coup, l’humain est dépassé. Et dans ces cas-là, une réaction toute naturelle est de se tourner vers les dieux, vers l’au-delà, vers la foi. Dans ce genre de situation, la prière est aussi une forme de psychothérapie collective.


    La radioactivité dans l’air, dans l’eau, les aliments est invisible à l’œil nu avec des conséquences sanitaires qui ne sont pas forcément immédiates. Pour les Japonais, cela ne rend-il la menace nucléaire plus difficile à gérer sur un plan psychique ?
    Tous les Japonais, depuis l’enfance, sont préparés au risque d’un tremblement de terre ou d’un tsunami. Cette préparation est une arme pour mieux gérer l’événement sur un plan psychologique lorsque celui-ci se produit. Même si le pays a connu la bombe atomique, il est évident que la préparation au risque nucléaire n’était pas la même. Cette menace nucléaire est à la fois invisible, insidieuse et surtout elle s’étale dans le temps. Il est acquis que dans certaines zones du Japon, les sols seront contaminés pendant des décennies. Cette dimension temporelle est importante. C’est une menace qui peut dépasser le temps d’une vie humaine. Et cela nous renvoie à notre fragilité collective que l’on oublie assez facilement dans nos sociétés en perpétuel développement sur le plan technologique. Cette menace, qui reste évidemment très incertaine, peut donner le sentiment au peuple japonais que le monde qu’il a connu ne sera peut-être, demain, plus jamais le même.



    Dans les zones dévastées par le tsunami, on commence à voir émerger la question de la prise en charge post-traumatique, notamment des enfants. Certains reportages relatent que des grands-parents leur racontent ce qu’ils ont vécu durant la Seconde Guerre mondiale et comment ils ont surmonté leurs difficultés. Cette plongée dans le passé peut-elle aider ces enfants ?
    Absolument. Depuis le début de l’humanité, ce récit des anciens a toujours structuré l’éducation des plus jeunes. Nos contes, nos fables, nos légendes, avec cette référence à la nature et aux événements du passé, sont toujours un moyen pour aider les enfants à affronter leur propre existence, à gérer leurs peurs. Comme la prière, ce récit des anciens est aussi une forme de psychothérapie.

    Plus globalement, on peut constater que l’intervention de plus en plus massive des « psys » dans les pays occidentaux a été suscitée par la disparition du lien social qui existait dans un monde passé, plus rural. Face à des événements mettant collectivement la population en situation de confrontation avec la mort et le deuil, comme par exemple en 14-18, le retour des cercueils dans les villages, l’instituteur, le maire ou le curé avaient presque un rôle de « thérapeutes ». La psychiatrie ne fait pas tout. Le lien social est aussi une façon de prendre en charge les grandes émotions collectives.


    Recueilli par Pierre BIENVAULT
    (1) Chef de service au centre hospitalier du Rouvray (Seine-Maritime), il a publié en 2007 Psy des catastrophes, dix années auprès des victimes (Éd. Imago).




    .


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    communiqué du CRIIRAD le 29 mars 2011 sur les retombées riadoactives sur la France

    Message par Roger le Mer 30 Mar - 1:06





    Les masses d'air contaminé par les rejets de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI sont désormais présents sur une grande partie de la France.

    Les analyses effectuées par notre laboratoire sur des prélèvements d'air du week-end attestent de la présence d'iode 131 dans l'air de la vallée du Rhône, d'Avignon au sud jusqu'au Péage du Roussillon au Nord (Sud de vienne).

    Les niveaux restent heureusement très faibles mais la radioactivité se retrouve évidemment dans l'eau de pluie, voir à ce sujet le communiqué ci-joint.

    Il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour le moment mais les dépôts vont s'accumuler dans le temps (pendant au minimum 15 jours, probablement plus étant donné la situation au Japon).

    Notre laboratoire va donc suivre l'évolution de très près.





    Par ailleurs, quand une contamination est d'envergure planétaire, il est très important de pouvoir accéder à toutes les mesures disponibles de façon à anticiper au mieux les risques et les mesures à prendre. Aussi trouvons-nous scandaleux que les résultats de contrôle de l'activité de l'air soient confisqués par les Etats. Si vous partagez notre sentiment, merci d'imprimer, signer et faire signer autour de vous la pétition ci-jointe. Vous avez également la possibilité de la signer en ligne (voici le lien à diffuser autour de vous).





    Pour nous suivre sur Twitter, nous avions une adresse fausse, merci de noter la nouvelle adresse : https://twitter.com/criirad.

    Toute l'équipe vous remercie de votre soutien et du relais de nos informations.

    Marie-Christine Pachoud


    CRIIRAD

    471 Avenue Victor Hugo

    26000 VALENCE

    Tel : 04 75 41 82 50 -

    adresse messagerie : asso@criirad.org

    Venez visiter notre site web : www.criirad.org






    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Des retraités japonais prêts à intervenir à Fukushima

    Message par Roger le Mar 7 Juin - 15:40

    Des retraités japonais prêts à intervenir à Fukushima

    Par Kevin Krolicki | Reuters – il y a 23 heures
    TOKYO (Reuters)




    - "Je serai mort avant d'avoir un cancer !", s'exclame Yasuteru Yamada qui, à 72 ans, a levé une armée de 270 bénévoles retraités pour nettoyer le site nucléaire de Fukushima-Daichii, dévasté par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est du Japon.

    Cet ingénieur à la retraite pense qu'il a encore quelques belles années devant lui mais il ne redoute pas les effets des radiations sur sa santé. Ce qui l'anime, ce n'est pas l'appât du gain, mais tout simplement le sens du devoir.

    Pour cet homme qui a travaillé pendant 28 ans pour la société Sumimoto Metal Industries, le nettoyage du site de la centrale accidentée est une tâche trop vaste, complexe et importante pour être laissée au seul opérateur, Tepco, mis en cause pour sa gestion calamiteuse de la plus grave catastrophe nucléaire civile depuis Tchernobyl.

    Il souhaite que les pouvoirs publics prennent le relais avec ses bénévoles aux tempes argentées et à l'expertise certaine en matière d'ingénierie civile et de BTP, prêts à intervenir sur une base purement bénévole, à la manière, dit-il, de la Croix-Rouge.

    Dans un premier temps, le gouvernement nippon a réagi très fraîchement à son offre de services spontanée. Un collaborateur du Premier ministre Naoto Kan a même rejeté l'idée en parlant d'un "corps de volontaires au suicide".

    Trois d'entre eux ont été victimes de malaise ce week-end en raison, semble-t-il, d'une chaleur excessive, et deux techniciens de la centrale de Fukushima ont reçu des doses de radiations très supérieures aux normes admises, ce qui accroît leur vulnérabilité au cancer et à d'autres maladies.

    "MISSION SUICIDE"

    "Le problème, c'est que la première vague de techniciens mobilisés est venue pour l'argent. Ils n'ont élevé, de ce fait, aucune objection aux conditions de travail", explique Yasutera Yamada, qui plaide pour une sécurité renforcée. "Nous, c'est le contraire: parce que nous fonctionnons sur une base bénévole, nous pouvons dialoguer avec Tepco sur un pied d'égalité."

    L'opérateur espère arrêter d'ici janvier les trois réacteurs qui ont connu un état de fusion. Il faudra ensuite une décennie, voire plus, pour évacuer le combustible - uranium et plutonium - et "sécuriser" le site.

    Kazuhiko Ishida, un ouvrier du BTP de 63 ans de la préfecture de Shiga, fait partie des volontaires mobilisés par Yamada. Signe particulier: il a participé, dans sa jeunesse, à la construction de l'enceinte extérieure du réacteur n°1 de Fukushima.

    Aujourd'hui, il admet avoir des "sentiments très mitigés" face à la destruction de cette enceinte à la suite d'une explosion à l'hydrogène.

    "Lorsque j'ai informé ma femme de ma décision de retourner sur le site accidenté, elle m'a simplement répondu de faire ce que je croyais devoir faire", raconte Ishida.

    Yasuteru Yamada a été reçu lundi par le ministre du Commerce, Banri Kaieda, dont les services chapeautent l'Agence japonaise de sûreté nucléaire (Nisa), et qui a paru à l'écoute de son idée d'un corps de bénévoles.

    "Selon les situations, une mission suicide pourrait se révéler nécessaire", assure Yamada qui ajoute toutefois: "Ce serait, bien sûr, une mesure en tout dernier ressort. Je pourrais me porter volontaire pour semblable mission mais chacun doit décider en son âme et conscience."

    Jean-Loup Fiévet pour le service français
    ...


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.
    avatar
    Roger

    Nombre de messages : 7046
    Age : 64
    Localisation : Strasbourg
    Date d'inscription : 10/04/2008

    Au Japon, la vie reprend ses droits

    Message par Roger le Ven 11 Nov - 20:49

    Au Japon la vie reprend ses droits…
    Les photos de ce blog sont de très grande qualité et sont très impressionnantes. (Grèce Japon ,Inde…).Un site à visiter.

    http://blogs.sacbee.com/photos/2011/09/japan-marks-6-months-since-ear.html






    .


    _________________
    " Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page !.... "
    l'homme sait se créer des paradis mais il les transforme tous en enfer.
    Quand l'air ne sera plus respirable, quand l'eau ne sera plus buvable, quand la terre ne sera plus cultivable, l'homme se rendra compte mais un peu tard que l'argent, n'est pas consommable.

    Contenu sponsorisé

    Re: Trenblement de terre au japon

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 24 Avr - 23:39